Elina ETCHETTO

Comment parvenir, en tant que structure publique, à faire collaborer des agents multigénérationnels ?

Rédigé par Elina ETCHETTO, Psychologue et consultante en santé au travail
Mardi 12 Décembre à 00:00
Voici quelques clés pour distinguer les différences de chaque génération et optimiser le management des plus jeunes générations aux caractéristiques bien spécifiques. Les études réalisées permettent de catégoriser le mode de fonctionnement professionnel de chaque génération, par le biais il est vrai, de certains stéréotypes. Il est donc important de nuancer ces enseignements et de s’en saisir avec précaution. La génération X, ou « la génération du Baby Bust », est née entre 1960 et 1980, et prénommée ainsi en raison du faible taux de natalité par comparaison à la période du baby-boom. Respectueuse de l’autorité et de la hiérarchie, cette génération a également un esprit de compétition et un sens de l’organisation développés. Cependant, il semblerait qu’elle manque de transparence et de communication concernant ses ressentis professionnels. Enfin, éloignée des nouvelles technologies, elle peut montrer des difficultés à s’adapter à un nouvel outil. La génération Y, ou « digital natives », est née entre 1980 et 1995, au moment de l’apparition d’internet. Par conséquent, elle semble avoir une meilleure maîtrise des nouvelles technologies. Par ailleurs, son goût pour l’apprentissage et son ouverture d’esprit lui permet une plus grande capacité d’adaptation. Cependant, elle semble privilégier l’individuel au collectif, et sa vie privée.

L'égalité Hommes-Femmes : quand l'intégration des femmes permet l'adaptation du travail de l'Homme

Rédigé par Elina ETCHETTO, Psychologue et consultante en santé au travail
Lundi 25 Septembre à 15:58
« Ma revendication en tant que femme c’est que ma différence soit prise en compte, que je ne sois pas contrainte de m’adapter au modèle masculin. » Simone Veil, décédée le 30 juin 2017, icône de la lutte contre la discrimination des femmes en France. Les conditions de travail et les risques professionnels des femmes sont souvent moins « visibles » que ceux des hommes. Ainsi « les femmes sont souvent exclues des emplois visiblement exigeants ou dangereux mais leurs emplois peuvent les exposer à des dangers moins visibles : travail très répétitif, postures contraignantes, manque d’autonomie...