Fabien JOBINIOT

Arrêts courts et répétés & désorganisation d’un service : une méthode pour apprécier les coûts indirects des absences ?

Rédigé par Fabien JOBINIOT, Chef de projet études statistiques
Lundi 26 Mars à 17:05
L’imprévisibilité des absences courtes et répétées peut devenir génératrice d’instabilité organisationnelle (traitement des actions dans l’urgence pour tenter de maintenir la continuité du service et la satisfaction des usagers, redistribution des tâches dans l’équipe). Par ses conséquences, elle soulève la question des coûts indirects des absences. Au-delà du seul versement des indemnités journalières, quel serait le coût réel des absences ? Un programme de recherche conduit durant trois années entre Sofaxis, le Centre de Gestion Scientifique de l’École des Mines de Paris et le laboratoire d’économétrie de l’École Normale Supérieure a permis de progresser dans la compréhension de ces enjeux et dans la capacité des organisations à les prendre en charge.

Regard sur les conditions de travail des agents territoriaux de plus de 40 ans

Rédigé par Fabien JOBINIOT, Chef de projet études statistiques
Mercredi 06 Mai à 11:41
La diversité des métiers territoriaux, le vieillissement des agents, l’augmentation des absences pour raison de santé… font de la gestion des personnels un défi important à relever pour les collectivités, tant au niveau humain, organisationnel que financier. Ceci dans un contexte de réorganisation et de réforme territoriales en cours, alors même que les collectivités se doivent d’assurer quotidiennement un service public de qualité. Parallèlement, l’emploi durable à tous les âges de la carrière professionnelle est impacté par les nouvelles dispositions prévues dans le cadre de la dernière...

Collectivités territoriales : aggravation conjointe des absences en maladie et en accident du travail depuis 5 ans

Rédigé par Fabien JOBINIOT, Chef de projet études statistiques
Lundi 30 Juin à 17:00
Deux nouvelles notes de conjonctures, publiées par SOFCAP (entité de Sofaxis), issues des arrêts de travail déclarés par les collectivités territoriales entre 2008 et 2013, font état d’une aggravation conjointe des absences en maladie et en accident du travail depuis 5 ans. Pour ces deux natures d’arrêt, la gravité augmente respectivement de 15 % en maladie et de 45 % pour les accidents du travail depuis 2008. Les dernières tendances de la maladie : Si la gravité continue de croître en 2013, le nombre d’arrêts et le nombre d’agents arrêtés, qui avaient entamé une baisse en 2012, restent globalement stables. Ceci s’explique notamment par le recul des arrêts de courtes durées, en particulier ceux de 1 et 2 jours. Ainsi les arrêts sont majoritairement courts : 50 % durent moins d’une semaine.

Que veut-on mesurer lorsque l'on parle d'absentéisme ?

Rédigé par Fabien JOBINIOT, Chef de projet études statistiques
Lundi 17 Mars à 10:09
Il existe plusieurs types d’absences, celles pour raison de santé (maladie, accident…), les absences pour formation professionnelle, pour motif syndical, pour convenance personnelle, pour garde d’enfant ou encore les absences pour congé annuel ou RTT … Il convient de définir clairement et précisément le périmètre de ce que l’on veut mesurer et s’y tenir dans le temps si l’on souhaite en apprécier l’évolution. Le taux d’absentéisme est un indicateur global qui mesure le poids des absences globales sur l’effectif étudié. Une formule de calcul qui mesure le volume des jours d’absence, rapporté à l’effectif de la structure étudiée au regard du nombre de jours travaillés par les agents, permet une traduction simple du ratio obtenu : ainsi, un taux d’absentéisme de 10 % sur une structure de 100 personnes, caractérise en moyenne, l’absence tout au long de l’année de 10 d’entres elles, soit un fonctionnement avec un effectif de 90 et non plus de 100. Un chiffre seul peut-il qualifier l’absentéisme ?