L'éco-responsabilité : un projet fédérateur au service des collectivités 2/2

Rédigé par Marie BEAUFILS, Consultante performance des organisations
Mardi 20 Septembre à 11:25

Nous avons vu récemment, lors d’un précédent article (à lire ici), tout l’intérêt pour une collectivité d’encourager les pratiques eco-responsables. Voici, de façon pratique, comment engager une telle démarche au sein d’une organisation.

Comment mobiliser et encourager ses agents à participer ?

La réussite du projet éco-responsable passe nécessairement par la création d’une équipe-projet pluridisciplinaire avec, à sa tête, un chef de projet clairement identifié. La  mise en place de relais au sein des services (« référents éco-responsabilité » par exemple) et la reconnaissance d’une hiérarchie porteuse et impliquée (élus et direction) sont autant d’autres facteurs clés de réussite.

Un projet éco-responsable peut porter sur tout ou partie des services d’une collectivité. Il peut d’ailleurs être utile, comme dans tout projet, d’entamer la démarche par un périmètre restreint, à étendre progressivement.

Les étapes clés de la démarche

Concrètement, pour favoriser l’adhésion, il est préconisé de déployer la démarche en plusieurs étapes, chacune associant étroitement les agents, qu’ils soient directement ou indirectement concernés par le projet (agents des services visés, services supports, etc.) :

  • Réaliser un diagnostic pour prioriser les actions à mener. Il s’agit de collecter les informations concernant les exigences, les objectifs que la collectivité s’est préalablement fixée : pratiques et comportements des agents, coûts des consommations, des réparations, etc. Le but est ainsi de dresser un état des lieux du fonctionnement de la structure en identifiant les points forts et les axes d’amélioration.
  • Informer les agents sur le projet environnemental. L’objectif ici est de présenter la politique environnementale de l’établissement puis d’entretenir les connaissances et les pratiques des agents par des actions de sensibilisation et de formation. Une communication régulière en interne portant sur les résultats obtenus apportera une reconnaissance des efforts réalisés par les agents. Reconnaitre, valoriser, c’est maintenir la dynamique de la démarche et la motivation du collectif de travail concerné.
  • Sensibiliser les agents. Il s’agit de communiquer sur la démarche, de présenter les objectifs et les enjeux à l’échelle de la collectivité, des services concernés et des agents. Il convient d’impliquer le plus grand nombre, de faire adhérer aux nouvelles pratiques. Les agents doivent devenir de véritables acteurs de la démarche. L’identification d’agents « moteurs » montrant l’exemple pourra d’ailleurs permettre d’engager plus facilement les actions au sein des services.
    Les retours d’expérience intersites ou interservices sont aussi des pratiques à encourager. Dans tous les cas, ces temps de rencontre doivent permettre d’apporter les connaissances nécessaires à l’ensemble des agents pour que chacun puisse faire évoluer ses habitudes en profondeur.
  • Évaluer et pérenniser la démarche. Les résultats des actions déployées dans le cadre de la démarche (création d’outils, action de sensibilisation/formation des agents) doivent être mesurées et analysées régulièrement (a minima une fois par an). Ce suivi permet, le cas échéant, de réorienter ou réajuster les actions en cours et de mettre à jour, si nécessaire, des objectifs trop ou pas assez ambitieux.

Rester pragmatique pour obtenir des résultats positifs rapidement

Pour chacune de ces étapes, la collectivité peut notamment faire le choix d’être accompagnée par un organisme privé (cabinet de conseil) et/ou bénéficier de dispositifs nationaux de formation à l’éco-responsabilité.

Tout au long de la démarche, l’important pour la collectivité est de rester dans un système simple et pragmatique afin d’obtenir des résultats positifs visibles très rapidement. Cela encouragera les initiatives individuelles ou collectives les plus vertueuses et facilitera l’évolution de comportements potentiellement à bannir et souvent trop ancrés. Cela permettra aussi de mieux faire accepter les grandes orientations et les directives des décideurs.

Pour conclure, si une démarche d’éco-responsabilité organisée et connue de tous permet sans conteste de fédérer les agents autour d’un projet commun, elle promet en outre de démontrer l’exemplarité d’une collectivité à ses habitants et d’encourager, dans le même temps, les initiatives plus personnelles de chaque citoyen.

Thèmes associés à l'article :

Lire tous les articles rédigés par Marie BEAUFILS

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Le but de cette question est de vérifier que vous êtes bien humain, et ce, afin de prévenir toute tentative de spam.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.