Pourquoi choisir l’approche pluridisciplinaire dans une démarche de prévention des risques psychosociaux ?

Rédigé par Sandrine BOLEDA, Psychologue, consultante en santé au travail
Vendredi 21 Novembre à 09:00

L’exposition aux risques psychosociaux est, par définition, multifactorielle (relations humaines, changement d’organisation, environnement technique). Une approche pluridisciplinaire va apporter une réponse systémique et complète permettant d’identifier, évaluer et traiter les situations à risque psychosocial.

Comprendre les apports de chaque discipline dans une démarche de diagnostic des RPS

Chaque domaine de compétences va poser un regard particulier sur les données et les situations observées au sein d’une organisation. Même si les frontières entre disciplines ne sont jamais hermétiques, il est possible de présenter les champs d’étude respectifs de la manière suivante :

  • La psychologie clinique s’attache au ressenti des agents (les perceptions individuelles). Cette discipline porte une attention particulière sur les troubles psychosociaux et les pathologies liées au travail (dépression réactionnelle, stress post-traumatique, syndrôme anxio-dépressif, etc.). Elle évalue les conséquences de l’exposition au risque sur la santé mentale des individus.
     
  • La psychologie du travail étudie la dynamique des groupes (organisation des relations au sein d’une équipe) et observe ses effets sur le niveau de performance du collectif. Elle interroge également le rapport des individus au travail, la perception de leur quotidien au travail. L’objectif est d’identifier les contraintes et également les leviers d’action contribuant à l’amélioration de la qualité de vie au travail.
     
  • L’ergonomie concentre son étude sur l’activité réelle en observant la relation entre l’homme et ses moyens, ses méthodes et son milieu de travail. Elle recense les contraintes physiques (ex. postures sollicitantes) et la charge mentale associées à l’activité. Elle en évalue les conséquences sur la santé physique et mentale des agents. Dans la démarche RPS, cette approche recherche les déterminants du risque (les causes) qui peuvent être liés aux conditions matérielles, aux contraintes du poste, à l’aménagement des locaux, aux flux de circulation et aux ambiances de travail (sonore, thermique, chimique).
     
  • Les sciences du management et des organisations déclinent une analyse « macroscopique » sur le fonctionnement de la structure et le travail prescrit. L’approche organisationnelle analyse les processus de travail (ex : assurer la chaine des repas ; accueillir le public…), les interactions entre les activités d’un même processus ou entre différents processus. L’objectif est bien d’identifier les dysfonctionnements susceptibles de générer des risques psychosociaux. L’approche orientée « ressources humaines » étudie les procédures de gestion (ex : recrutement, compétences, carrières), les politiques managériales et leurs effets sur le niveau de santé des agents ou le niveau de performance individuel et collectif.
     
  • L’approche statistique apporte un éclairage intéressant pour les organisations puisqu’elle mesure de manière exhaustive le ressenti des agents à l’échelle d’une structure ou d’un service. Les croisements de données permettent également de mesurer les liens, les impacts et d’évaluer le « poids » de chaque facteur de risque sur le niveau de satisfaction globale au travail. Cette approche permet de confronter ses a priori ou impressions sur le niveau de bien - être des agents aux résultats chiffrés qui peuvent être obtenus à partir d’une enquête réalisée auprès des agents.
     
  • Enfin, un autre champ disciplinaire, celui de la gestion des risques professionnels, apporte son expertise méthodologique en matière de prévention des risques. Cela en vue d’élaborer une cartographie des RPS et d’intégrer l’ensemble des données recueillies dans le document unique d’évaluation des risques professionnels. La valeur ajoutée de cette intervention se trouve dans la gestion globale des risques, partant du principe que le risque psychosocial est un risque comme les autres, même s’il se traite de manière particulière. Elle contribue à l’élaboration d’un plan unique d’actions, intégrant l’ensemble des risques identifiés.

Chacune de ces approches trouvera naturellement sa place dans le cadre d’une démarche de diagnostic et de prévention des RPS. Découvrez en une illustration concrète dans un prochain article…

Thèmes associés à l'article :

Lire tous les articles rédigés par Sandrine BOLEDA

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Le but de cette question est de vérifier que vous êtes bien humain, et ce, afin de prévenir toute tentative de spam.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.