Donner du sens à l'action pour limiter l'absentéisme

Rédigé par Expertises publiques, webmaster
Lundi 22 Mai à 09:00

Donner du sens à l’action pour améliorer la qualité de vie au travail des agents et ainsi limiter l’absentéisme ? Voilà l’idée majoritairement soulevée lors du K’Pratik « Sinistralité, non merci ! » organisé par Sofaxis à l’occasion des Entretiens Territoriaux de Strasbourg 2016.

L’atelier consistait, pour les participants, à se projeter en 2022 et recenser les principaux leviers managériaux qui avaient pu être activés pour voir les tendances de l’absentéisme s’inverser avec un taux d’absentéisme qui a baissé de 10 % depuis 2016 dans les collectivités territoriales.

La première réaction des participants fut de placer l’agent au coeur de leurs réflexions. Selon eux, la problématique est de maintenir un niveau attendu de performance individuelle et collective alors même que l’environnement et les organisations sont instables.

La collectivité peut atteindre cet objectif si elle se concentre sur 3 domaines permettant de maintenir l’agent sur son poste de travail :

  • La prise en compte des conditions de travail pour préserver la santé des agents.
    La prévention est bien évidemment un facteur essentiel mais d’autres éléments doivent être pris en considération, comme la conciliation entre vie privée et vie professionnelle. Sur ce point, le télétravail a été mentionné comme contribuant à cet équilibre et favorisant le bien-être de l’agent.
  • La bonne adéquation des compétences et des besoins de la collectivité.
    Rendre l’agent performant sur son poste, et donc au sein de la collectivité, c’est s’assurer de la bonne adéquation de ses compétences avec les exigences de la fonction qu’il occupe.
    La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences et la formation contribuent ainsi à garantir un niveau de performance de l’agent dans la collectivité.
    Enfin, le retour à l’emploi suite à un arrêt de longue durée a été évoqué comme étant un moment « clé » dans la vie de l’agent : anticiper et préparer sa reprise augmentent ses chances de réussite.
  • Le management a un rôle majeur dans l’implication des agents.
    Alors même que les mesures liées au régime indemnitaire peuvent influer sur le niveau  d’absentéisme, elles ne sont considérées que comme un outil possible.
    L’essentiel est d’instaurer un échange régulier entre managers et agents et leur permettre ainsi la co-construction d’un projet commun.
    L’implication de l’agent n’est possible que s’il se sent intégré dans les réflexions et acteur du système.
Extrait de « Les communautés face aux défis RH » - réalisé par l’ADGCF.

En quête de sens

Lors de la restitution des travaux, le constat est sans appel. 4 groupes sur 7 ont choisi comme levier prioritaire le SENS. À travers l’encadrement, l’accompagnement, l’échange, la valorisation, le tissage de liens.

« Donner du sens au travail, c’est donner du baume au coeur », lâche un participant. Un sens qui intervient, chez l’être humain, à trois niveaux, précise Claire Gallo, consultante chez Synoptis management, dans sa conclusion.

Le sens existentiel d’abord : « Quel(s) sens donner à ma vie, à ma place sur terre ? ». Le sens du travail ensuite : « Quel collègue je veux être, quel manager je veux être ? ». Et, le sens par rapport à la structure choisie : « Pourquoi ai-je décidé de travailler dans une collectivité publique territoriale ? ». « Il faut régulièrement s’interroger sur ces trois niveaux. Quand l’un d’eux n’est pas aligné, prévient Claire Gallo, c’est là qu’il faut être attentif, vigilant. Il peut y avoir une souffrance ou un danger. »

Extrait du récit des ETS 2016 - Réalisé par « Je vous raconte ».

Consultez l’intégralité de la publication « Le Récit des ETS 2016 »

Thèmes associés à l'article :

Lire tous les articles rédigés par Expertises publiques

Ajouter un commentaire