QVT et santé au travail dans les établissements hospitaliers - 1ère partie

Rédigé par Jean-Michel MAUREL, Médecin Conseil
Lundi 09 Juillet à 16:48

Des risques psychosociaux à la qualité de vie au travail

Un rapport de janvier 2018* du régime général d’assurance maladie portant sur les affections psychiques liées au travail apporte un éclairage sur l’évolution des risques psychosociaux (RPS) et des troubles psychosociaux (TPS) chez les salariés pris en charge au titre des accidents du travail (AT).

On note qu’en 2016 ils représentaient 3,2 % des accidents de travail, soit environ 20 000 cas. Entre 2011 et 2016, on constate une réduction globale de la sinistralité au travail tous motifs et secteurs confondus alors que la part liée aux TPS est en nette progression, passant de 1 à 1,6 %, avec un taux de reconnaissance de 70 % stable. Ainsi, la croissance des accidents de travail pour TPS est bien liée au plus grand nombre de leurs déclarations et non à une reconnaissance plus facilement accordée.

Bien que non inscrits au tableau des maladies professionnelles du régime général, les TPS peuvent être également reconnus comme maladie professionnelle, sous la double condition d’une  incapacité permanente partielle (IPP) prévisible de 25 % et du lien direct et essentiel avec le travail. Dans ce cadre, 596 de ces affections ont été reconnues comme professionnelles en 2016 pour 1 100 déclarées (contre 200 déclarées et 85 reconnues en 2012). Le taux de reconnaissance est de 50 %, majoritairement représenté par les dépressions.

Les éléments déclencheurs sont soit un facteur exogène bien identifié (choc, agression…), soit un mécanisme révélateur de conditions de travail difficiles. Les secteurs «médico-social» et  «activités de santé» concentrent à eux seuls 20 % des accidents et figurent parmi ceux présentant un fort taux d’arrêts de travail tous risques confondus.

Le lien avec la notion de « QVT » se fait tout naturellement. Son évaluation passe par des questionnaires reprenant les six thèmes conduisant à la survenue des TPS (Rapport Gollac). Intensité du travail et temps de travail, exigences émotionnelles, autonomie, qualité des rapports sociaux, conflit de valeurs et sécurité au travail sont ainsi appréciés du point de vue du salarié ou de
l’agent au sein de son organisation.

Facteurs de risque

Les professionnels de santé sont exposés à deux facteurs de risque particuliers, la relation avec le public et une charge mentale importante. D’après la DREES, « La proportion de salariés ayant des rapports tendus avec le public (patients ou accompagnants, par exemple) a augmenté, en particulier pour les professionnels les plus exposés : les agents d’entretien (19 % en 2003, 32 % en 2013) les aides-soignants (43 % en 2003, 56 % en 2013) et les infirmiers et sages-femmes (54 % en 2003, 66 % en 2013) ». La charge mentale tient dans l’application de consignes strictes  inhérentes au métier (hygiène, sécurité des patients, procédures qualité) et à la confrontation à la souffrance humaine, qui nécessitent des compétences et des qualités, où la formation a une place importante.

Les résultats de l’enquête sur la QVT présentés dans l'étude "Hôpital & médico-social : qualité de vie au travail et santé des agents", apportent un éclairage complémentaire concordant avec le sentiment général d’un ressenti plutôt négatif sur l’évolution des conditions de travail. Il est bien entendu que des variations sensibles seraient observées à l’échelle d’un service selon qu’il est ou pas acteur de soins ou encore théâtre de transformations.

Lire la suite dans un prochain article.
*Source : www.amelie.fr - Santé et travail : enjeux et actions - janvier 2018.
 

Avis d'expert issu de la parution "Hôpital & médico-social : qualité de vie au travail et santé des agents", Collection Risk management, Sham, 2018.

Thèmes associés à l'article :

Lire tous les articles rédigés par Jean-Michel MAUREL

Ajouter un commentaire

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
randomness